Troisième et dernier regard sur les projets de fin d'études 2020 dans la spécialité mécatronique : Aline Ré décrit son travail de recherche et développement en robotique sous-marine.

Aline Ré s’est impliquée dans un projet de développement de robot au sein de l’entreprise COMEX. Elle revient sur cette expérience de développement très enrichissante. 

COMEX est connue pour le développement de technologies pour des interventions dans des environnements “extrêmes”. Était-ce aussi le cas dans ce projet ?

Tout à fait, COMEX est une entreprise pionnière dans le milieu sous-marin et exploite notamment un système de métrologie tridimensionnelle par photogrammétrie sous-marine. Les domaines d’applications sont vastes : la défense, avec la reconnaissance et la localisation de mines sous-marines, le suivi écologique, avec l’étude d’évolution de sites sous-marins ou de la croissance des coraux. L’industrie offshore ou encore l’archéologie sous-marine profitent de ces développements. Durant mon projet, j’ai participé à la conception d’un véhicule sous-marin téléguidé, un Remotely Operated underwater Vehicle (ROV ) sous-marin permettant l’intégration de cette technologie.

Comex.fr

ORUS 3D – la photogrammétrie sur ROV développée par Comex

Un travail de conception robotique alors, à la fois sur les parties matérielle et logicielle?

Mon travail a principalement concerné la partie matérielle, l’intégration des différents éléments autour d’une structure que j’ai dû concevoir. Mais j’ai également effectivement travaillé sur un axe plus informatique : la fusion de données. J’ai étudié les méthodes et moyens d’hybrider l’odométrie visuelle, réalisée par photogrammétrie, avec une technologie différente comme la navigation inertielle. Finalement j’ai pu avoir une vision complète et en profondeur du système sur lequel j’ai travaillé.

II s’agit de systèmes robotiques très particuliers. Quel a été l’aspect le plus surprenant ou enrichissant en travaillant sur de telles machines ?

Ces systèmes répondent à de fortes contraintes techniques, liées au milieu dans lequel ils évoluent. Certains peuvent descendre à 3 000 m voir 6 000 m de profondeur ! Outre les problématiques d’étanchéité, il y a donc de réelles contraintes mécaniques et physiques liées à la pression de l’eau, sans parler des problèmes de visibilité. Pour avoir vu un caisson imploser par la pression extérieure, il est impressionnant de constater qu’une seule erreur et tout tombe à l’eau. Il y a également un travail impressionnant sur la qualité des systèmes électroniques, qui est une valeur ajoutée considérable pour la qualité finale de la métrologie 3D réalisée.

A. Ré

Le ROV développé durant le projet de fin d’études

Travailler au sein de COMEX, une entreprise d’ingénierie pour le monde sous-marin était en lien avec votre parcours professionnel ?

J’ai toujours voulu travailler dans le domaine de la robotique, sur des systèmes complexes et innovants. Mais je n’avais jamais songé à travailler pour le milieu sous-marin avant mes stages à COMEX.
J’y ai découvert ce milieu si particulier et je l’ai trouvé fascinant : le monde sous-marin est une invitation à l’innovation, et présente de réels défis techniques afin de pouvoir l’explorer et y exploiter notre technologie.
J’ai donc souhaité poursuivre dans cette voie, et j’ai été engagée chez Subsea Tech pour concevoir leurs prochains ROV sous-marins.
La morale que j’en ai tiré est de toujours rester ouvert·e à la nouveauté, et de profiter des stages pour explorer de nouvelles voies.

Dans les mêmes thématiques :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués par un *