16
mars
Par

Ingénieur en mécatronique diplômé en 2020 de l’INSA Strasbourg en partenariat avec l'ITII Alsace, Grégoire Boisramé travaille maintenant pour l’entreprise SKAN AG en Suisse. Découvrez son parcours, combinant la voie de l’alternance et la filière franco-allemande DeutschINSA, qui l’a mené de la France vers la Suisse, en passant par l’Allemagne, et qui lui permet maintenant d’exercer un métier qui le passionne.

Peux-tu te présenter rapidement ?

« Je suis Grégoire Boisramé, ingénieur en mécatronique diplômé en 2020 à l’INSA Strasbourg en partenariat avec l’ITII Alsace, après avoir suivi pendant trois ans la formation d’ingénieur en mécatronique par alternance, franco-allemand (appelé « FIPMIK » dans le jargon interne).
J’ai intégré le cursus en 2017 après l’obtention de mon diplôme universitaire de technologie (DUT) en génie industriel et maintenance (GIM) à l’IUT Louis Pasteur de Schiltigheim et après validation des tests d’admissibilité.
Les trois années de formation, en alternance entre l’INSA Strasbourg et mon entreprise d’apprentissage BEI Sensors, ont été axées sur les enjeux industriels actuels. L’objectif du cursus mécatronique par alternance, franco-allemand est de former des ingénieurs polyvalents, prêts à intégrer le monde professionnel, le tout dans un contexte franco-allemand. Des cours soutenus d’allemand sont dispensés les deux premières années avec pour objectif de nous préparer à un semestre d’études en Allemagne. Pour mon cas, j’ai eu la chance d’effectuer un semestre à la Hochschule Offenburg et d’y suivre des cours du Bachelor en mécatronique. Quant au niveau d’allemand, il est préférable d’avoir des bases correctes (niveau B1) au début de la formation, mais il n’est pas nécessaire d’être bilingue.

Pour quelles raisons as-tu choisi cette formation et qu’est-ce qu’elle t’a apportée ?

Pour moi en tant qu’alsacien, ayant déjà effectué des petits emplois en Allemagne, j’ai toujours pensé que la situation géographique est fortement bénéfique à un accès facilité au monde professionnel. Il est évident que le contexte de mondialisation de ces dernières années a accentué les enjeux internationaux et ainsi les intérêts portés par les entreprises pour des profils multilingues.
La proximité avec l’Allemagne et la Suisse offre une multitude d’options et de possibilités en termes de carrière mais également d’épanouissement personnel. C’est cette ouverture internationale qui m’a motivée à intégrer cette formation par alternance liée à la  filière franco-allemande DeutschINSA.
Couplé à mon intérêt pour les nouvelles technologies, l’électronique et la mécatronique, il est apparu comme évident que ce cursus était fait pour moi.  Un autre point primordial dans mon orientation scolaire a été la possibilité d’effectuer la formation par apprentissage. Je souhaitais découvrir le monde du travail tout en poursuivant mon parcours étudiant. Cela m’a permis de trouver un équilibre.
Dans mon entreprise d’apprentissage, j’ai notamment eu la chance d’être soutenu et encadré et on m’a donné la possibilité de travailler sur des projets très formateurs et complets. Cette expérience m’a appris à gérer des responsabilités, à comprendre des enjeux professionnels et m’a permis de me développer.
Au-delà de former des ingénieurs, la formation d’ingénieur à l’INSA Strasbourg et notamment la filière DeutschINSA permet également un développement personnel et humain. Les points tels que l’ouverture, l’entraide étudiante, les connaissances scientifiques et techniques soutenues permettent de construire la réputation et la reconnaissance actuelle de la formation. Je trouve important, au-delà des compétences scientifiques, de véhiculer des valeurs et de créer des personnalités capables de s’intégrer dans un projet et une équipe.

Où as-tu trouvé ton premier poste ?

Depuis octobre 2020, je suis ingénieur de terrain dans l’entreprise SKAN AG.SKAN AG

C’est une entreprise travaillant dans le milieu pharmaceutique et produisant des isolateurs. Elle agit partout dans le monde et équipe tous les grands groupes pharmaceutiques.
De manière simplifiée, un isolateur pharmaceutique a pour fonction, comme son nom l’indique, d’isoler un produit de phénomènes extérieurs (environnement, autre produit, activité humaine…). Les fonctions principales les plus courantes sont de protéger un produit (application aseptique) ou de protéger un opérateur (application toxique). Pour ce faire, différentes solutions regroupant de nombreuses technologies sont développées, produites et commercialisées par SKAN.

SKAN AG
Une des particularités de l’entreprise est de disposer de sa propre académie de formation. L’ensemble des nouveaux employés y passent plusieurs semaines afin d’être formés sur les produits et les technologies.

Guido Herzberg SKAN

Formation à la SKAN Academy

Quelles sont tes missions ?

Mon titre exact est : Commissioning and Qualification Engineer.
Mon travail consiste donc à qualifier et mettre en service les installations sur le site de production en interne, mais aussi chez les clients. Les enjeux dans le monde pharmaceutique sont immenses et de nombreuses vérifications sont nécessaires. Dans le contexte du monde pharmaceutique, un exemple de régulation est le GMP (Good Manufacturing Practices). C’est l’ensemble des lignes directrices à respecter pour s’assurer de la conformité des produits.
Je participe donc aux vérifications des installations en effectuant différents tests techniques et en établissant des rapports détaillés. Mon travail est d’un côté technique et pratique, et de l’autre documentaire tout en respectant les consignes GMP.
Mon travail actuel implique donc de nombreux déplacements et voyages à travers le monde. J’ai la chance de pouvoir découvrir différents pays, clients, installations, cultures… Cette expérience est très formatrice et, de mon point de vue, idéale pour un jeune ingénieur diplômé souhaitant enrichir ses connaissances techniques tout en voyageant. J’ai l’énorme chance de pouvoir mêler enrichissement technique et humain, le tout dans une entreprise qui me fait confiance, qui porte l’accent sur ses employés et offre des possibilités de s’épanouir.

SKAN AG

Qualification d’installation

Travailles-tu dans un contexte franco-allemand / international ?

Le siège de l’entreprise est basé à Allschwil, dans le canton suisse de Bâle-Campagne. Cela implique que la langue majoritairement utilisée est l’allemand. Petite anecdote, j’avais pour habitude de comprendre le Hochdeutsch. Il m’a donc fallu quelques mois afin de me familiariser avec le Schweizerdeutsch.
L’entreprise à des employés de nombreuses cultures différentes (plus de 17 nationalités différentes), mais principalement suisse, allemande et française. Les échanges sont donc majoritairement en allemand, bien que l’anglais soit énormément utilisé. Dans ce contexte, ma formation DeutschINSA m’a permis d’avoir des bases solides, d’avoir du vocabulaire technique et d’être beaucoup plus à l’aise à l’oral.
La dimension internationale et la croissance de l’entreprise lui permettent d’agir partout dans le monde. C’est pourquoi, la langue officielle et celle utilisée chez les clients est l’anglais.
En travaillant dans un contexte international, j’ai donc la chance d’apprendre tous les jours, de perfectionner mon allemand et mon anglais, de voir différentes applications chez différents clients. C’est un apprentissage constant et c’est ce qui m’a motivé à rejoindre SKAN.

Aurais-tu un conseil pour les (futurs) étudiants et apprentis ?

Je leur conseillerais de ne pas avoir peur d’essayer. Pour mon exemple personnel, je ne pensais pas être capable de travailler dans un contexte germanophone en sortie d’école. Pourtant, même si mon allemand est loin d’être parfait, avoir essayé m’a permis de progresser, de prendre confiance en moi et de montrer ma volonté de réussir.
Pour réussir, je pense qu’il faut oser se lancer, accepter l’erreur, et essayer de s’améliorer.
D’un point de vue professionnel, je conseillerai d’être curieux, ouvert et de partager. J’estime que nous avons toujours à apprendre aussi bien d’un collègue expérimenté que d’un jeune intégrant le marché du travail. Nos expériences sont toutes différentes et font nos forces. J’ai la chance de travailler avec des personnes de tous les horizons, de différents âges, de différentes cultures. J’essaye donc au maximum de partager mes connaissances et d’apprendre des autres.


Un dernier mot ?

Je trouve que le monde du travail est plein de rebondissements, évolue vite et est exigeant. L’impatience que l’on retrouve chez les étudiants est compréhensible mais, on oublie souvent de prendre le temps. Les études passent très vite et c’est une expérience de vie majeure, si ce n’est de nos jours, la principale. Je me rends compte aussi maintenant des difficultés que l’on peut rencontrer, surtout avec le contexte actuel. J’ai moi-même rencontré plusieurs passages difficiles dans ma scolarité mais aujourd’hui, je m’estime heureux d’avoir eu la chance de suivre des études à l’INSA Strasbourg en alternance.
J’aimerais remercier tous les professeurs et tuteurs qui m’ont suivi et accompagné jusqu’au bout des études. Cela me permet aujourd’hui d’exercer un métier qui me passionne.
Pour finir, je souhaite aux étudiants et apprentis actuels, plein de courage. En attendant des jours meilleurs, sachez que vos efforts payeront.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués par un *